Tinder dans ma vie

J’ai utilisé l’application Tinder seulement 2 mois en 2018 mais c’était certainement les 2 mois les plus sociables de ma vie.
Tinder est l’une des applications que j’ai préférée utiliser et ça pour différentes raisons que je vais vous raconter.

Comment j’ai atterri dans ce monde virtuel ?

Pour tout vous dire, je sortais d’une relation qui s’était vraiment mal terminée aux alentours d’Avril. Vous savez le genre de rupture où toi tu sais que c’est fini, mais qu’après l’été ton ex tente toujours sa chance en te disant que c’était une « pause ».
Après une énième confirmation que j’étais bien célibataire, j’ai commencé ma dernière année de Master en septembre et quelques mois plus tard, j’étais en cours de démographie à me demander si l’accent anglais de ce prof était littéralement une « joke ». Puis, je me suis dit quitte à faire quelque chose qui ne me servira à rien, autant découvrir Tinder.

Je me suis donc inscrit sur un coup de tête pendant ce fameux cours. J’ai mis 2 photos sympas que j’avais et une biographie un peu banal qui disait « J’ai 22 ans et je suis en double Master ».
J’ai pas vraiment poussé ma présentation pour deux raisons:
la première est que je ne savais absolument pas quoi dire.
la seconde est que je ne savais pas vraiment ce que je cherchais, non pas en terme de relation, mais plutôt qu’est ce que je cherchais sur cette application.
Le grand amour ? Je ne crois pas.

Apparement, Tous en chaleur !

Quand on parle de Tinder, on entend énormément de choses… des vraies et des moins vraies.
Je me suis inscrite en me disant « trop cool je vais rencontrer de nouvelles personnes avec qui je vais pouvoir parler », pendant que d’autres se disaient certainement « trop cool je vais pouvoir serrer ».
On s’inscrit en partant du principe que tout le monde veut faire des rencontres plus ou moins sérieuses, que les gens se parlent un ou deux jours puis vont boire un verre le troisième jour, souvent considéré comme le troisième rencard, du coup la suite de la soirée parait logique.
Et comme par principe, les utilisateurs de Tinder se sont inscrits pour rencontrer du monde, ils n’ont donc aucun intérêt à mentir sur leur identité. Mais, s’il y a bien une chose que j’ai étudié sur cette application, c’est que chacun a son propre intérêt et aucun comportement ne peut être généralisé, bien que l’on retrouve des catégories de personnes.
Alors je vais essayer, pour une fois et sans trop de maladresses, de mettre tout ce petit monde dans des cases pour vous expliquer ce que vous pourriez trouver sur ce réseau.

Et si tout était faux

J’ai commencé à swiper à gauche, pour ceux qui ne m’inspiraient pas, et à droite, pour les plus inspirants. J’avais deux critères importants pour découvrir un profil:
Règle 1. Un air sympathique. Je regardais pas forcément si la personne était mon style, mon genre ou autres critères de beauté mais seulement si son air était sympa.
Règle 2. Une biographie saine. J’étais assez attentive à la biographie bien que j’avais complètement négligé la mienne. Lorsque vous voyez écrit « 23cm » dans la description du premier profil, vous pouvez comprendre mon obsession subite pour la biographie.

« L’ambition de tout savoir fait qu’on ne sait rien de façon approfondie. »

Publilius Syrius

Mon premier match m’a fait découvrir le profil de l’inspecteur.
Un mec plutôt mignon, avec des photos sympas et une biographie qui dit forcément « sérieux ». L’inspecteur entame toujours la discussion par sa première question « Enchanté, ça va ? » et poliment tu réponds. Puis, s’enchaîne un questionnaire… (si long). Un tas de questions sans vraiment de recherche de discussion profonde. J’ai eu le droit à: « Tu recherches quoi sur Tinder ? », « T’as eu combien de dates ? », « Tu fais quoi dans la vie ? », « On se voit quand ? », « T’habites où ? ».
La question la plus bizarre était quand même « T’es une quoi ? ». C’est une question sans fond à laquelle je peux répondre tellement de choses en même temps. J’aurais dû tester le bon vieux « Je suis un trans’ » pour voir jusqu’où irait son interrogatoire.
Méfiez-vous de l’inspecteur car à la fin de cette légère discussion, vous vous rendrez compte que lui sait tout de vous. Et vous ? Qu’avez-vous appris sur lui ? Rien.

« Quand vous vous affublez d’un costume de clown et d’un nez rouge, personne ne peut deviner à quoi vous ressembler à l’intérieur. »

Stephen King

Le clown, celui qui tient le rôle de l’ami, du rigolo et parfois même du confident. Une stratégie d’approche ou simplement une façon d’être ?

J’ai eu la chance de voir le vrai visage d’un clown et vraiment celui-ci était très drôle et à l’écoute.
Son approche était originale… un GIF. Un bon point pour ce premier message qui m’a fait rire. J’ai répondu et les discussions se sont enchaînées. Quelques jours après, nous nous sommes échangés nos réseaux sociaux et très vite aussi nous avons compris que l’attirance n’était pas présente dans cette relation.
Les discussions étaient simples et toujours pleines d’humour. Très amicalement, nous nous racontions nos journées ainsi que tous les phénomènes Tinder que nous avions vus. Nos discussions et taquineries ont duré un moment. Son humour était réellement son atout séduction mais ça n’avait pas fonctionné sur moi : ma friendzone était beaucoup plus robuste.

“Si vous avez confiance en vous-mêmes, vous inspirerez confiance aux autres.”

 Johann Wolfgang von Goethe

Vous vous souvenez lorsque je vous ai dit que, par principe, les utilisateurs de Tinder n’ont aucun intérêt à mentir
J’ai compris que ce principe était nul quand j’ai fait la connaissance de mon premier catfish. Pour ceux qui ne savent pas, un catfish est le fait de mentir sur son identité ou de se faire passer pour quelqu’un que l’on est pas.
J’ai flairé le catfish en deux phases:

  1. Il voulait toujours que je lui envoie des photos de moi (mais c’était hors de questions)

À plusieurs reprises, je lui ai dit que mes photos de profil étaient très bien donc je ne voyais pas l’intérêt pour qu’il en ait d’autres. Jusqu’au jour, où je lui ai demandé s’il pensait que j’étais un fake et qu’il m’a répondu « On sait jamais ». Quel culot !

  1. Il voulait toujours m’envoyer des photos de lui et souhaitait sans cesse connaître mon avis.

C’était un pompier de Paris, musclé, grand, de type caucasien et donc n’avait aucune raison visible de douter de lui.

Pour tout vous dire, il m’avait assez bien saoulé avec ses histoires de photos. Donc, loin de moi l’envie d’être méchante mais je m’y suis désintéressée peu à peu. Jusqu’au soir où il m’envoie un message me disant qu’il souhaite me demander quelque chose. De bonne volonté j’ai répondu. Il m’a donc envoyé une photo d’un jeune homme assez petit et sec, habillé en treillis. Toujours de type caucasien, il avait un début de calvitie. Le tout en me demandant ce que je pense physiquement de cette personne. J’ai répondu assez honnêtement que ce n’était pas mon style. Ce à quoi il m’a dit « C’est moi. J’espère que tu m’en veux pas.« 

Non je ne lui en voulais pas. Je m’y attendais sûrement d’ailleurs mais je suis certaine qu’il m’aurait davantage intéressé si nos discussions avaient commencé dans l’honnêteté.
Comment peut-on croire qu’une relation amicale ou amoureuse puisse bien se dérouler quand les premiers mots sont des mensonges. Pour ma part, c’est impossible à croire.

“Aux questions indiscrètes, réponds par un mensonge.”

Proverbe espagnol

Quelques temps après la découverte du premier faux profil, j’ai découvert que la malhonnêteté n’était pas en reste.
Toujours avec la volonté de vivre une période plus sociable, j’ai continué à swiper des profils qui pourraient m’intéresser mais très vite je me suis rappeler que ma volonté d’étendre ma sociabilité avait ses limites.
Un soir j’ai swipé trop vite. Peut-être la fatigue ou simplement que son air était si sympathique que j’en ai oublié de lire sa biographie. Et, souvenez vous de l’importance de la biographie !
Encore une fois il m’envoie le premier message me demandant si je vais bien. Je réponds et il continue la conversation d’une façon dont je ne me serais pas doutée. Vous pourrez donc imaginer ma surprise et mon fou rire quand j’ai lu son message suivant: « Ma copine et moi souhaitons découvrir des nouveaux aspects de notre couple et on cherche une fille discrète pour… »
Fin de la discussion… Ce soir la règle 2 est devenu la règle 1: TOUJOURS LIRE LA BIOGRAPHIE !

« On ne tombe pas amoureux d’un physique, mais de ce qu’il dégage, nuance. »

Jonathan Pasquier

Après avoir compris les différents profils que je pouvais trouver sur Tinder, je commençais à perdre en surprise entre ceux qui étaient beaucoup trop sérieux et ceux qui ne l’étaient pas assez. J’en étais arrivée à la conclusion qu’à tout moment je perdrais espoir de rencontrer quelqu’un de réellement sincère. Puis j’ai rencontré le mec de petite taille.
Il semblait totalement sincère et honnête dans sa démarche. Un homme qui semblait bien éduqué, qui avait fait des études similaires aux miennes mais un peu « bobo », peut-être une déformation de ses années en école de commerce (méa culpa). Mis à part cela, on s’entendait bien.

Après plusieurs semaines de papotages, nous nous sommes décidés à nous rencontrer dans la capitale. Je sors de Gare de Lyon, il m’attendait dehors. Déjà au loin, je me disais qu’il paraissait bien plus petit qu’il me l’avait fait croire et ça jusqu’à ce que j’arrive face à lui. Je lui dis bonjour pendant que lui s’excusait de sa taille. Alors oui, 1m75 on y était pas… pas du tout même.
Mais comme on le dit souvent, la taille ne fait pas tout!
Nous avons pris un verre et discuté de tout et de rien. Il était intéressant mais il avait quand même menti sur son physique. Un détail, un infime détail qui avait changé toute ma perception sur cette personne. Peut-être parce que finalement la taille c’est important ou simplement parce une fois de plus ça avait commencé par un mensonge.
Deux jours après, je lui ai annoncé que nous ne nous reverrions plus pour ces mêmes raisons.

“Ce qu’il y a de beau dans un mystère, c’est le secret qu’il contient et non la vérité qu’il cache.”

Eric-Emmanuel Schmitt

Pour tout vous dire, j’avais arrêté de discuter avec le mec de petite taille parce qu’il m’avait menti. Mais aussi et surtout parce que j’avais découvert le profil qui me surprendra le plus de toute cette aventure Tinder.

J’ai eu la surprise de découvrir le fameux « It’s a match » juste après avoir swiper à droite. Sur les photos, il était mignon et simple dans sa présentation. Pour la première fois, je me suis surprise à faire le premier pas avec un « Hey, ça va ? ». Un peu banal comme approche mais j’ai fait avec le peu de confiance que j’avais. J’avoue que c’est le seul qui m’intimidait avant même d’avoir entamé une discussion.
Il m’a répondu quelques heures après. Nous avons commencé à discuter, des heures, des nuits, des jours puis des semaines.

J’étais tombée sur un homme complètement mystérieux qui avait un don pour m’impatienter, me taquiner, me faire rire et tester ma confiance, mon intelligence, mon sérieux. J’ai découvert que 4 jours sans réponse c’était long et qu’un tas de questions peuvent te passer par la tête pendant ce temps.
Nous nous sommes découverts un tas de point communs: parcours scolaires, études supérieures, goûts, principes, éducation, ambitions et valeurs.

Puis un homme mystérieux peut cacher un homme maladroit. Celui qui ne vient pas au premier rendez-vous fixé parce que dormir semblait être sa priorité. Celui même qui a un don pour piquer ton égo et ta fierté en même temps. Et celui qui se fait pardonner aussi vite qu’il s’est fait détester.
Puis un premier déjeuner, des passions communes pour la sape, la musique et les voyages.

L’amour est apparût le 27 décembre 2018 pendant une soirée bowling. Nous étions sortis à deux pour profiter d’une soirée qui semblait bien engagée. J’ai fait ma première partie de billard (que j’ai perdue) puis une partie de bowling avec une défaite mémorable mais la soirée elle n’était pas une défaite. Nous avons ri, nous nous sommes découverts et nous avons adoré être à deux. La suite de notre histoire s’écrit depuis ce jour.

Comme vous l’aurez compris, on rencontre de tout sur Tinder.
Vous trouverez des gens sincères et des malhonnêtes, des gens qui ont confiance en eux, voire trop parfois et d’autres qui n’ont aucune confiance et préfèrent mentir plutôt que de s’assumer. Il y a des couples, qui veulent de nouvelles expériences et d’autres qui sont là pour renforcer leur confiance. Puis, si vous le voulez vraiment, vous trouverez l’amour.

Grâce à cette expérience qui n’a duré que deux mois, j’ai beaucoup appris et la plus grande leçon à retenir est: Restez vous même car on ne peut vous aimer que pour ce que vous êtes ! 💛

Si vous aussi vous avez des expériences louches, drôles ou remplies d’amour, n’hésitez pas à partager tout cela en commentaire.
Bisous 💛

16 commentaires

  1. hilsouu a dit :

    j’ai adoré cet article ! Tu as parlé de Tinder avec beaucoup de clarté et de maturité 😍

    1. Heureuse que tu aies aimé mon article 🥰😘
      J’ai adoré écrire sur ce sujet !

  2. Ekonga Ysola a dit :

    Ton article était hyper intéressant, j’ai beaucoup aimé avec tout pleins de petits détails.
    2 mois d’expérience en un article tout en restant vraie, honnête et concise n’est pas évident donc bon boulot. 😌🤝😍

    1. Merci merci pour ce joli commentaire 🥰😘 Je suis super contente que ça t’aies intéressé 😘

  3. Yrvin a dit :

    Un article bien écrit, tant dans le fond que dans la forme !
    Une grande part de vérité dans la majeur partie de l’article écrit avec beaucoup de finesse et de respect envers une application de « rencontre ». Bravo

    1. Merci ! Canon que tu aies aimé cette article 🤎
      J’ai essayé d’expliquer au mieux mon expérience et j’ai adoré la partager 🙂

  4. Hello ! Ce partage d’expérience est juste super précieux ! Je n’ai jamais utilisé cette application personnellement mais c’est intéressant de découvrir cela de cette manière je trouve. Merci !

    1. Hello Cécile ☺️
      Super ravie de lire ton commentaire !
      Je suis vraiment contente que mon article t’ait intéressé.
      Bisous 🤍

  5. Maëlle a dit :

    J’ai adoré ton article ! Vraiment l’analyse de Tinder à été très bien faite. J’avais l’impression de lire un article d’un grand magazine ! Merci pour ce partage !

    1. Tellement adorable 🧡 Merci beaucoup pour ce joli retour, ça me fait vraiment plaisir
      Xoxo 🤍

  6. Super article !
    Je retrouve beaucoup de similitude dans les analyses que tu as faite sur les types d’hommes rencontrés sur des applis comme ça. Autant pour mes copines qui me racontait leur date que pour ma courte utilisation de Tinder.

    Comme quoi, l’homme mystérieux est très attirant et quand il est honnête ça matche 😏

    1. Coucou Megane,
      Merci pour ce joli retour !

      Oui l’honnêteté ça paye toujours et un peu de mystère pour une curieuse comme moi c’est forcément ce qui pouvait le mieux me correspondre 🧡

  7. Meynard Rikka a dit :

    Coucou ma Belle. J’aime ton âme d’écrivaine. Tu sais faire vivre ton histoire laquelle est profonde, sincère et méritante. Continue. J’attends le prochain épisode

    1. Merci beaucoup! Gros bisous

  8. Sympas ton article ! J’en ai fait un il n’y a pas longtemps sur le même sujet. Pour moi aussi c’était une inscription post-rupture mais sur Frutz et pour une durée d’un mois ! J’avais beaucoup de préjugé sur les applications de rencontres mais finalement je ne suis tombée que sur des personnes cool… Je pense qu’il ne faut pas trop en abuser car on peut vite enchainer les déceptions. En tout cas merci pour le partage 🙂

    1. Coucou Ana,

      Je connais l’application que tu as testé mais je ne m’y suis jamais aventurée.
      Merci d’avoir partagé un peu de ton expérience et ton ressenti par rapport aux applications de rencontre.
      Je suis tout à fait d’accord avec toi, il ne faut pas en abuser 😉
      Bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.